w.c.


w.c.
Appellation commune, empruntée à l'anglais "water closet", pour désigner des toilettes. Les W.C. sont encore aujourd'hui l'un des lieux les plus fréquentés pour échanger des rapports sexuels clandestins ou encore simplement pour la réalisation de fantasmes coquins.
***
Sigle de l’anglais Water closet qui désigne un «placard à l’eau courante», qui devient en français le cabinet, les toilettes, les vespasiennes ( le plus souvent à six places), l’urinoir, les latrines, les «lavabos»... hauts lieux des graffitis* et des raccords de maquillage, des tripotages entre nymphettes* et du dégoût, de la masturbation des garçons et de la pudeur.
Les «sanisettes»
Guérites autonettoyantes en béton cannelé, blockhaus monoplace installé sur la voie publique, depuis 1980 à Paris, destinés à la défense des vessies négligées et des urgences digestives. Le système d’alarme automatique - qui se déclenche après vingt minutes de séjour dans les lieux, en prévention d’éventuels accidents - offre un délai suffisant... pour assurer une passe* dans des conditions acceptables, et transformer la nuit ces toilettes publiques en vestiaires de la prostitution.
le DICO de l'amour et des pratiques sexuelles Par Jacques Waynberg

Dictionnaire de Sexologie. 2013.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.